Rapport d’expérience

Thema: Badpflege an Vorbehandlungsanlagen
Kunde: Radson bv, Zonhoven (Belgien), Hersteller von Heizkörpern (Radiatoren)

Exposition du problème

Dans l’usine de Zonhoven de l’entreprise Radson, les radiateurs sont dégraissés et phosphatés dans une cabine Eisenmann de pulvérisation en continu, avant d’être peints par immersion. Cette cabine de pulvérisation en continu comprend deux zones actives, possédant chacune un réservoir de 13 500 l de volume, lequel circule 18 fois par heure, permettant le traitement d’une surface d’environ 6 000 m2. Le produit utilisé est un dégraissant associé à un phosphatant ferreux (pH : env. 5,0 ; température : env. 40°C). Le problème posé par l’installation en place tenait à la durée relativement courte du dégraissant ; après environ trois semaines de travail en équipes), le bain devait être complètement remplacé et éliminé. L’apport d’huiles étrangères (environ 200 l/jour) ainsi qu’un enrichissement en boues de phospha

Solution / Réalisation

En 1999, STA a installé un système combiné d’entretien du bain, constitué au total de 4 séparateurs centrifuges de la série S-15 (2 par réservoir) permettant la séparation des matières solides et, au niveau de la zone 1, d’un déshuileur STA de la gamme DPS-1050, relié à chacun des bains par un dispositif de dérivation.

Résultat

De 32 à 40 kg de boues de phosphate compactes et sèches sont ainsi extraites pour chaque équipe des deux zones actives. Dans le même temps, environ 80 à 100 l d’huile étrangère, ayant la qualité d’une huile usagée, sont extraites de la phase principale. Le bac-insert du séparateur centrifuge rempli de boues de phosphate. Fin décembre 1999, au moment du renouvellement du bain, aucun dépôt notable de boues n’a pu être mis en évidence au niveau des deux zones actives. La tuyauterie des buses des cabines de pulvérisation ne laissaient apparaître aucune trace de dépôt de sorte que les frais d’entretien ont pu être réduits au maximum.

Les cycles de remplacement des bains ont pu passer de 3 semaines environ à 6 mois, ce qui a permis de faire rentrer ces opérations dans le cadre des travaux semestriels de maintenance préventive. Les bains en fin de vie peuvent être partiellement réutilisés pour les bains neufs.

Ceci a conduit à une réduction des coûts dans les domaines suivants :

  • Abaissement des coûts de personnel, étant donné que les travaux de nettoyage ont été considérablement réduits
  • Economie complète des coûts d’inserts de filtres à sac jusqu’alors mis en oeuvre
  • Réduction des coûts d’élimination des dépôts consécutive à un abaissement de la masse des boues (boues compactes caractérisées par un taux d’humidité relative plus bas, voir photo)
  • Réduction des coûts d’élimination des volumes de bains usés
  • Coûts moins élevés pour les volumes de produits chimiques et d’eau fraîche nécessaires au renouvellement des bains

L’investissement d’environ 107 000 € engendré par ce nouveau système a été amorti en 18 mois.
Le nouveau système a apporté les avantages supplémentaires suivants :

  • Une meilleure hygiène de travail, grâce à l’évacuation en continu des substances nuisibles telles que les champignons, bactéries, lichens et autres résidus
  • réduction des odeurs incommodantes grâce à une aération en continu du milieu